Aller au contenu

Éléonore Roussel, lauréate 2022 de la médaille de bronze du CNRS

Recherche Talents

Eléonore Roussel, chargée de recherche au sein du laboratoire PhLAM, récompensée pour ses travaux originaux et très prometteurs en physique des accélérateurs, sur le développement de nouvelles sources de lumière cohérente dans les longueurs d’onde extrêmes, et pour sa compréhension de la dynamique des paquets d’électrons.

paru le 28/04/2022 - Mise à jour le 10/05/2022 (10:40)

De nos jours, les accélérateurs d'électrons relativistes tels que les anneaux de stockage (comme le Synchrotron SOLEIL en France) et les lasers à électrons libres (comme le laser à électrons libres européen EuXFEL à Hambourg en Allemagne), sont largement utilisés pour produire des rayonnements intenses (rayonnement synchrotron) à des longueurs d'ondes difficilement accessibles par des moyens traditionnels, en particulier dans le domaine des rayons X, et des ondes térahertz. L'utilisation de ces rayonnements est quasiment incontournable dans la plupart des champs de recherche sur les matériaux et le vivant.

Eléonore Roussel est experte en physique des accélérateurs et de ces types de sources de lumière particulières. Elle y observe directement la déformation des paquets d'électrons sous l'effet d'interactions complexes à l'échelle de la picoseconde, soit un millionième de millionième de seconde. Elle développe également de nouvelles sources de lumière dans les longueurs d'onde extrêmes en contrôlant la dynamique des paquets d'électrons relativistes indispensables au processus d'émission de la lumière, à l'aide par exemple de lasers conventionnels