Aller au contenu

Nouvelle chaire de professeur junior en santé numérique

Recherche Valorisation économique

Le centre Inria de l'Université de Lille et ses partenaires créent une chaire de professeur junior en santé numérique, dont le projet scientifique est d’endotyper les maladies inflammatoires chroniques (MIC).

paru le 14/06/2022 - Mise à jour le 14/06/2022 (16:23)

Le numérique dans les sciences du vivant et la santé est un domaine de recherche et d’innovation majeur d’Inria. Un défi stratégique est la structuration et le traitement des données de santé massives issues des hôpitaux en assurant l’interopérabilité et en préservant la confidentialité. En étroite collaboration, l’Université de Lille, l’Inserm, le CHU de Lille et le Centre Inria de l’Université de Lille développent des applications en santé, avec l’objectif à court terme de créer une nouvelle équipe-projet. La création de la Chaire de professeur junior en santé numérique s'inscrit donc dans cette dynamique. 

Le centre Inria de l’Université de Lille et ses partenaires créent une chaire de professeur junior en santé numérique, dont le projet scientifique est d’endotyper les maladies inflammatoires chroniques.

Les maladies inflammatoires chroniques (MIC) sont caractérisées par une importante hétérogénéité clinique qui complexifie la prise en charge des patients. Concept clé de la médecine personnalisée, un « endotype » est un sous-type de maladie, défini par un mécanisme moléculaire ou une réponse particulière à un traitement.

Ce projet porté par le professeur Vincent Sobanski (Université et CHU de Lille, membre IUF Junior) vise à révéler des endotypes de MIC par une analyse multidimensionnelle intégrative de patients hautement phénotypés. Elle est basée sur leurs données cliniques et de suivi (informations de faible dimension) et sur des profils multi-omiques générés spécifiquement pour ce projet (informations de haute dimension).

Retenu parmi les cinq lauréats nationaux de l’AMI « équipe-projet Inserm-Inria Santé numérique 2020 », ce projet constitue une avancée majeure vers une classification innovante car il intègre un très grand nombre de variables en prenant en compte la dimension temporelle et vise à concevoir des outils de validation séquentielle pour vérifier la pertinence d'une telle classification intégrative. Une originalité importante de ce projet est de travailler à rendre les endotypes intelligibles et exploitables en développant une interface homme machine permettant aux acteurs (chercheurs, praticiens et même patients) de s'approprier cette nouvelle façon de classifier une maladie.

Candidatez à la chaire de professeur junior en santé numérique

Le ou la candidat·e retenu·e participera aux enseignements liés à la santé de précision (Hubs santé et numérique de l’I-SITE ULNE dans le cadre du projet d’Établissement Public Expérimental) en y apportant son expertise spécifique (sciences des données, intelligence artificielle (IA), analyse non supervisée). Ce programme gradué « santé de précision » est ouvert aux biologistes, médecins et pharmaciens, ainsi qu’aux (bio)informaticiens d’origine nationale et internationale, afin de former la prochaine génération de leaders de la recherche pour le monde universitaire, l’industrie et le monde des biotechnologies.

Il comprend un parcours de Master en Biologie et Santé (M2) et un programme doctoral, ouvert à toute la communauté scientifique. Il est structuré autour de séminaires interactifs sur les technologies et les approches de pointe actuelles (par exemple les données en grand nombre, les OMICS, le séquençage de nouvelle génération, la biologie des systèmes et la bio-informatique intégrée, l’IA, la modélisation mathématique des systèmes biologiques, les thérapies innovantes, la gestion des cohortes, l’économie et l’éthique de la santé). Il pourra y développer un enseignement spécifique ou intégrer l’équipe pédagogique afin de structurer et animer cette offre de formation stratégique pour l’EPE.

Postulez en cliquant ici avant le 3 juillet 2022