Aller au contenu

Salariés : se former en langue à l’université

Formation Offre de formation

Le centre de langue de l’université forme tous les ans plus de 250 stagiaires et délivre plus de cent certifications en langue à des candidat·es issu·es d’entreprises ou de collectivités, s’appuyant sur une expertise et un accompagnement à la carte.

paru le 28/06/2024 - Mise à jour le 04/07/2024 (17:39)
Un écran avec plusieurs images dont l’affiche du film Goodbye Lenin, et dans le fond les participants au cours, assis, et l’enseignante, debout

Cours d’allemand en formation continue, à l’université.

Ce sont huit personnes, dotées d’une solide expérience universitaire dans l’enseignement de 4 langues (anglais, allemand, néerlandais et espagnol − d’autres vont être bientôt proposées). Leur responsable, Chad Langford, tient à garder une équipe spécialement dédiée à la formation continue : « Notre public est très spécifique, avec des motivations souvent bien différentes de celles des étudiants classiques, plus tournés vers l’obtention de leur diplôme ». Département, banques, Pôle emploi… les clients externes sont très variés. « Notre offre est très compétitive et n’a rien à envier au privé, d’autant qu’on peut, en plus, s’appuyer sur les dernières recherches en enseignement des langues » ajoute-t-il.

Le catalogue affiche des formats très diversifiés, allant d’une journée à plusieurs semaines de cours, d’un enseignement très général à des ateliers plus spécialisés, d’un accompagnement en groupe à un cours particulier... « Nous nous adaptons à la demande mais conseillons en général un format hybride, mixant à la fois des cours en présentiel et en distanciel, que ce soit synchrone ou asynchrone, ce dernier permettant aux stagiaires d’être plus libres et flexibles dans leurs agendas notamment. » précise Chad Langford. Pour les cours en présentiel, les formateurs se déplacent chez les clients ou accueillent les stagiaires à l’université. Des espaces modernes et confortables (Lille Learning Lab) y permettent de multiples configurations et un aménagement optimisé pour du travail en petit groupe.

Des offres sur mesure

En plus d’un calendrier plutôt flexible, l’équipe est en mesure de faire du « sur mesure » afin de répondre à des demandes très spécifiques. C’est ainsi qu’elle a déjà travaillé avec les services des douanes par exemple. « Pour mieux comprendre leurs besoins, nous sommes allés jusqu’à accompagner les douaniers deux demi-journées sur un péage afin d’observer leur quotidien et les obstacles rencontrés » raconte Chad Langford.

De même, le service est capable d’extraire un corpus de vocabulaire très spécialisé à partir de documents de travail transmis au préalable afin de proposer un accompagnement en adéquation totale avec les besoins des stagiaires.

Le centre de langues est également centre d’examens certifiants officiels, attestant du niveau en langue de ses stagiaires : TOEIC pour l’anglais, CLES pour l’allemand, l’espagnol et l’anglais, CNaVT pour le néerlandais et, pour l’allemand, toute la gamme des certifications du Goethe-Institut. Les formations certifiantes peuvent d’ailleurs être financées grâce au compte personnel de formation (CPF). Ayant rejoint le centre de langues en septembre 2023, la formation continue en langues va pouvoir désormais élargir son éventail, en s’appuyant sur la centaine de professeurs en langues rattachés au centre, avec des compétences dans 22 langues en tout. ■

8000

heures d’enseignement en formation continue en langue chaque année

22

langues bientôt disponibles

➊ menées au laboratoire Savoirs, textes, langage (STL).

C’est parce que je me sentais en difficulté pour accompagner une délégation étrangère dans le cadre de mon travail, mais aussi parce que j’avais été frustré par des échanges trop pauvres lors de vacances dans d’autres pays, que j’ai franchi le pas. J’ai commencé à prendre des cours hebdomadaires en groupe de niveau à l’université il y 4 ans.

C’est devenu un rendez-vous hebdomadaire que je ne raterais sous aucun prétexte. Les formateurs sont particulièrement pédagogues et utilisent des supports très diversifiés. Nous sommes une dizaine et ils parviennent à s’appuyer sur les points forts et faibles de chacun afin de faire progresser le groupe ensemble. Aujourd’hui j’ai acquis une aisance conversationnelle que je n’avais pas du tout avant et je me sens beaucoup plus confiant dans mes échanges avec d’éventuels collègues étrangers.

Julien Moreau, employé à l’INSEE à Lille