Aller au contenu

Stop au harcèlement dans l'espace public

En partenariat avec la mairie de Lille et ses médiathèques

Mise à jour le 17/11/2022 (10:13)

En mars 2022, l’Université de Lille présentait l’exposition de citations littéraires #BalanceTaCitation, une exposition constituée de 6 citations sur le harcèlement dans l’espace public qui invitait d’une part à prendre conscience du harcèlement, à le dénoncer lorsqu’on en est témoin, et à se donner la force, le courage ou l’impulsion de réagir lorsqu’on en est victime.

Conçue autour d’un hashtag #BalanceTaCitation, cette exposition se voulait participative et invitait ainsi chacun‧e à partager à son tour des extraits (d'œuvres littéraires ou non : séries, films, chanson, etc.) sur le harcèlement dit « de rue », sur les restrictions géographiques subies par les femmes mais aussi par la communauté LGBTQIA. De cette participation sont nées deux nouvelles affiches, avec des citations de Charlotte Brontë et de Lisette Lombé, que vous pourrez voir apparaître sur les campus de l’Université de Lille, mais aussi dans des médiathèques de la ville de Lille, qui s’empare de cette exposition et invite chacun∙e à participer.

Cette exposition vise de fait à mettre côte à côte des extraits qui parfois dénoncent, parfois décrivent le harcèlement dit « de rue » ou les restrictions de déplacement vécues en particulier par les femmes. En présentant le harcèlement de rue sous la forme d’une exposition, nous avons souhaité mettre en avant son caractère sériel ainsi que l’environnement violent et hostile auquel les victimes ne peuvent échapper.

Le premier volet de cette exposition était composé majoritairement d’extraits d’autrices (4 sur 6). Nous n’avions pas cherché spécifiquement des extraits d’autrices, mais il semble que les femmes écrivent plus souvent sur le sujet. Les deux extraits qui s’ajoutent cette année au projet semblent le confirmer.
Reste à noter que sur les deux autres extraits choisis et écrits par des hommes, l’un est de François Poullain de La Barre, défenseur des droits des femmes et qui s’exprime en général de fait sur les injustices que subissent les femmes.
Les citations qui constituent cette exposition sont parfois anciennes (1673), parfois plus récentes (2019), mais elles visent toujours à montrer comment la pérennité du harcèlement dans l’espace public ne permet pas de s’en défaire si les victimes et les témoins n’en identifient pas les mécanismes.

Pour rappel enfin, le harcèlement dans l’espace public est défini comme l’ensemble « des manifestations du sexisme qui affectent le droit à la sécurité et limitent l’occupation de l’espace public par les femmes et leurs déplacements en son sein ». (Haut Conseil à l’Égalité, 2018.) Parmi les 14 à 24 ans, 99% des filles ou des femmes affirment avoir « déjà vécu une situation de harcèlement de rue où une personne les a regardées avec un regard insistant, déplacé ». (Les Glorieuses, octobre-novembre 2020).
D’autre part, le harcèlement dit « de rue » cible en particulier des populations victimes de violences systémiques « en raison de leur genre, de leur orientation sexuelle, de leur couleur de peau, de leur situation de handicap… » (#StopHarcelementDeRue, 2022.) Par exemple, en France, deux personnes LGBTQIA sont victimes de violences (insultes, diffamation, menaces, harcèlement, agression physique, agression sexuelle, dégradations, outing, rejet) dans l’espace public tous les 3 jours (SOS Homophobie, 2020).

Exposition à l’initiative d’Amandine Becquet et de Mona Huart. Encadrement : Hermeline Pernoud.

Télécharger les visuels de l'exposition

Connaître l'action partenaire de la mairie et des médiathèques de Lille